naar top
Menu
Logo Print

TECHNIQUES POUR LES ENERGIES RENOUVELABLES

Bart Tommelein, ministre flamand de l'énergie, décrit quelques techniques pour les énergies renouvelables. Il montre sur quelles techniques la nécessité de programmes d'installation de se concentrer à l'avenir.


Quel est le but de l'augmentation des primes pour les pompes à chaleur?
“Ces primes étaient trop basses par rapport au prix d'achat. Les pompes à chaleur offrent un mode de chauffage très écologique. Une augmentation du nombre de pompes à chaleur doit faire baisser le prix et augmenter la part de chaleur verte en Flandre."

La géothermie est encore très chère: comment voulez-vous soutenir cette technologie?
“Depuis 2015, le Call Chaleur verte, qui est ouvert au moins une fois par an, prévoit un certain budget pour les projets de géothermie profonde. A l'heure actuelle, nous examinons également si nous pouvons baisser la condition de capacité afin de donner une chance à davantage de projets. Nous examinons également si un règlement de garantie est possible et à quoi un tel règlement pourrait ressembler. Chez nos voisins, il existe différents systèmes pour assurer entre autres le risque de forage. Nous allons examiner comment appliquer ça en Flandre."

“Les primes pour les pompes a chaleur etaient trop basses par rapport au prix d'achat. Une augmentation du nombre de pompes a chaleur doit faire baisser le prix et augmenter la part de chauffage vert"

Quels sont les objectifs concrets au niveau de la production d'énergie éolienne?
“Depuis que je suis ministre de l'Energie au Gouvernement flamand et plus secrétaire d'Etat de la Mer du Nord au gouvernement fédéral, je suis compétent pour les éoliennes terrestres et non plus pour les éoliennes en mer. Nous avons récemment lancé le projet 'Windkracht 2020' avec lequel nous voulons accélérer la procédure d'autorisation, ce qui est indispensable, car, d'ici 2020, nous voulons installer 280 éoliennes supplémentaires. Nous voulons simplifier l'autorisation d'éolienne via le permis d'environnement: nous révisons la circulaire grandes éoliennes et supprimons la circulaire petites et moyennes éoliennes. Pour ce qui est des subsides via les certificats de courant vert, nous allons encore effectuer quelques optimalisations."

Et l'avenir de la (micro)cogénération?
“La cogénération a ses avantages: il faut moins d'énergie pour produire de l'électricité et de la chaleur ensemble que séparément. On exploite donc l'énergie plus efficacement et on rejette moins de CO2. Dans l'industrie et dans les grands bâtiments avec une forte demande thermique, cette application est logique. La microcogénération pour un usage particulier peut être intéressante, mais nécessite une demande thermique suffisamment élevée. La cogénération permet d'entrer en ligne de compte pour les certificats de cogénération; les installations avec une puissance jusqu'à 10 W peuvent être reliées à un compteur qui tourne à l'envers, ce qui permet de réduire la facture d'électricité."

Y a-t-il des stimulants pour les réseaux de chaleur collectifs?
“Les projets d'aménagement d'un réseau de chaleur peuvent participer au Call Chaleur verte. La rubrique 'chaleur résiduelle' prévoit un budget essentiellement octroyé à l'aménagement de réseaux de chaleur."

Selon vous, quelle est la solution de chauffage du futur?
“Pour ça, il faut toujours examiner la situation dans l'environnement spécifique où l'on habite, bâtit et vit. Il faut toujours commencer par investir dans l'isolation: le kWh le moins cher et le plus vert est toujours celui qu'on ne consomme pas! En outre, il faut voir les possibilités que l'environnement et la situation spécifique ont à offrir: est-il possible de raccorder la maison/l'appartement à un réseau de chaleur existant ou a-t-on, par exemple, un toit orienté au sud sur lequel on peut installer des panneaux photovoltaïques ou thermiques pour le chauffe-eau solaire?"

Sur quelles techniques les installateurs doivent-ils se concentrer selon vous?
“Dans le cadre de la transition énergétique, ils doivent miser en priorité sur le soleil, le vent et la chaleur. Le stockage de l'énergie sera le gros défi des prochaines années. La technologie pour les petites et moyennes batteries est la plus avancée aujourd'hui. Les formes de stockage centralisées ne sont pas évidentes en Flandre. En outre, le stockage via hydrogène ou power to gas constitue aussi une possibilité. Par ailleurs, on peut également utiliser des véhicules électriques intelligemment afin de compenser les pics de la demande et soulager le réseau de distribution. Nous allons rapidement créer un cadre autour du stockage de l'énergie. A l'heure actuelle, aucune mesure de soutien n'a encore été élaborée, mais je n'exclus rien. Les batteries constituent l'avenir, mais pour une véritable percée, il faut quelques évolutions. Comme le compteur digital. Pour ça aussi, nous sommes en train d'élaborer un cadre. Il va arriver très rapidement. Espérons que son déploiement suivra avant la fin de cette législature."