naar top
Menu
Logo Print
28/05/2018 - ELISE NOYEZ

“LES ENTREPRISES SOCIALES: UNE VALEUR AJOUTEE POUR LE MARCHE CLASSIQUE”

L'ENTREPRISE SOCIALE LEVANTO A SA PROPRE ENTREPRISE DE CONSTRUCTION

La division construction et rénovation de Levanto est à la fois ancienne et récente. Ancienne, parce que cela fait vingt ans que la branche 'construction' de l'entre­prise sociale Levanto œuvre pour la formation des demandeurs d'emploi de longue durée à Anvers afin d'en faire des ouvriers du bâtiment à part entière. Récente, parce que cela ne fait que trois ans que les activités de construction de cette entre­prise sociale sont rassemblées dans une SCRL. En tout cas, le gérant de l'entreprise, Dirk Lauwers, est confiant: “Avec vingt ans d'expérience technique, nous sommes en mesure de nous faire une place sur le marché en tant que SCRL.”

Dirk Lauwers

“L'idee selon laquelle l'eco­nomie sociale est moins chere, mais fournit du moins bon travail, est depassee“
- Dirk Lauwers

D'ORGANISATION SOCIALE A ENTREPRISE DE CONSTRUCTION INDEPENDANTE

La division construction de Levanto est aujourd'hui une entreprise classique, mais modeste avec sept travailleurs fixes, une agréation de classe 2 et un portefeuille de projets princi­palement privés dans le centre-ville d'Anvers. Ce n'était pas le cas il y a trois ans.

“Autrefois, nous étions surtout connus comme centre de formation”, déclare Dirk Lauwers. “Via des collaborations avec le VDAB et en tant que fournisseur d'expérience de travail, nous veillions à un bon afflux de travailleurs dans le secteur du bâtiment.”

Manque de soutien des autorités

Suite à la diminution des subsides de la part des autorités, Levanto a résolument joué la carte de l'entrepreneuriat.

“Les subsides pour la formation d'ouvriers du bâtiment ont été réduits au strict minimum ces dernières années”, confirme Lauwers. “De nombreuses initiatives ont été arrêtées.”
“Bien sûr, cela nous déçoit,” poursuit le gérant, “mais en même temps, c'est une réalité à laquelle nous sommes tous confrontés. L'économie sociale ne peut plus vivre des subsides. Nous devons nous autofinancer autant que possible.

C'est pour cette raison que nous avons créé notre entreprise de construction indépendante. Cette SCRL génère aujourd'hui des revenus et aide ainsi à compenser le manque de subsides.

De plus, nous conservons aussi l'expertise que nous avons accumulée durant toutes ces années.”

Symbiose

Malgré le statut d'entreprise de construction indépendante, la SCRL reste étroitement liée à l'ASBL Levanto, qui chapeaute le tout. “Contrairement à d'autres entreprises de construction, nous n'avons ni propriétaires, ni actionnaires”, explique Lauwers. “A la place, nos bénéfices retournent à Levanto, qui les investit dans le fonctionnement général. Aujourd'hui, nous pouvons exploiter d'autres expertises au sein de l'entreprise: encadrement du travail, comptabilité, marketing, … Cela nous permet de nous concentrer pleinement sur notre tâche d'entrepreneur.”

Comme tous les autres?

Pourtant, Lauwers souligne que la SCRL ne diffère plus des autres entreprises de construction, à aucun égard. “Nous devons répondre aux mêmes critères. Nos prix et notre qualité sont conformes au marché, nous livrons en temps et en heure, et nous veillons à être rentables sans aucun subside. Exactement comme dans les autres entreprises de construction.”

overheidssteun in bouwsector
“Il y a un gros manque de soutien des autorites pour le secteur du batiment. Ces dernieres annees, quasi toutes les initiatives ont ete supprimees“

MISSION SOCIALE

Enfin, il y a quand même une différence … “La mission sociale de Levanto reste le fil conducteur de la SCRL”, explique Lauwers. “Cela signifie que nous faisons tout pour offrir aux gens les bonnes opportunités. Nous savons tous que lorsqu'on a quitté le marché de l'emploi pendant quelques années, on bénéficie rarement d'une nouvelle chance. C'est pourquoi nous travaillons délibérément avec ce genre de profil. En principe, celui qui possède les bons documents, les autorisations et l'expérience, peut travailler chez nous.”

“Ce n'est pas la motivation qui manque”

Ainsi, l'entreprise répond à plusieurs problématiques propres à la construction.

“On entend souvent des plaintes quant au manque de motivation”, dit-il, “mais ce n'est pas ce que nous ressentons. La motivation est bien là. Nous constatons bien plus souvent un énorme sentiment de déception dû au manque d'opportunités.

Le dumping social n'y est évidemment pas pour rien. On fait travailler en masse des gens issus de pays à bas salaire, alors qu'il y a ici tellement de gens qui souhaitent ce genre d'opportunité et qui les cherchent de manière légale. Avec notre approche, nous faisons la différence à cet égard.”

Un passage vers les plus grosses entreprises

Le but n'est pas que les travailleurs restent chez Levanto toute leur vie. “Chez nous, les gens ont un contrat fixe, mais l'objectif est qu'ils poursuivent leur voie dans le circuit classique”, déclare Lauwers. “Bien sûr, cela ne peut pas se faire à la même fréquence qu'avec le projet Werkervaring Bouw, où nous fournissions chaque année environ 24 tra­vailleurs – en tant qu'entreprise, nous avons aussi besoin d'une certaine stabilité – mais nous incitons notre personnel à franchir à nouveau le pas vers le marché de l'emploi. Ainsi, nous créons de la place pour donner leur chance à de nouvelles personnes.”

binnenafwerking
Outre les travaux de gros œuvre et de construction générale, l'entreprise de construction effectue aussi toutes les finitions d'intérieur

GARANTIR DE LA QUALITE

Bien sûr, on attend beaucoup des travailleurs. “Nous ne pouvons pas former les gens à partir de zéro”, déclare Lauwers. “Ils se retrouvent immédiatement sur chantier. Il faut donc qu'ils aient une certaine expérience dans le bâtiment. Il peut y avoir une marge d'amélioration, mais pas au détriment de la qualité du travail ou de la rentabilité de l'entreprise.”

Exploiter l'expertise

“Le chef de chantier et les chefs d'équipe jouent un rôle important à cet égard. D'une part, ils surveillent la qualité et veillent à ce que les constructions soient exécutées comme le prescrivent les architectes. D'autre part, ils garantissent que les ouvriers apprennent suffisamment. C'est pourquoi nous choisissons pour ces fonctions des gens avec une expérience et une expertise manifestes.”

“Nous essayons de garder cette expertise chez nous au maximum”, ajoute Lauwers. “C'est une des raisons pour lesquelles nous avons créé la SCRL il y a trois ans et cela a aussi débouché sur la composition d'une équipe spécialisée, née de la formation précédente.”

Apprentissage tout au long de la vie

Mais les formations classiques n'ont pas disparu. “Nous restons à jour au niveau des derniers matériaux, techniques et exigences”, déclare Lauwers. “C'est pourquoi nous prévoyons chaque année un budget de formation fixe pour chaque collaborateur, quel que soit son niveau. C'est budgétisé de manière très consciente et c'est le seul budget que nous voulons avoir bouclé à la fin de l'année. S'il reste de l'argent, c'est que nous n'avons pas assez investi dans notre personnel.”

verfexpert mathys
Lors de la rénovation du Bourlaschouwburg, Levanto a assuré, en collaboration avec Mathys, tous les travaux de peinture. Une belle preuve
de confiance!

EMBAUCHE REALISTE

Le fait que Levanto ait une mission sociale, ne signifie pas que le personnel est materné. “Le secteur social a la réputation d'être très protecteur,” dit Lauwers, “mais si nous voulons que nos travailleurs transitent ensuite vers le circuit classique, ils doivent travailler comme on travaille là-bas. Cela signifie qu'ils doivent se déplacer eux-mêmes avec la camionnette, qu'ils doivent être sur le chantier à l'heure et qu'il faut que ça avance. Nous faisons du monitoring, mais au final, les gens doivent apprendre eux-mêmes les compétences et les qualités que l'on attend d'eux dans une entreprise de construction. Nous leur offrons des opportunités, ils doivent les saisir.

Est-ce que ça tourne mal parfois? Bien sûr. On ne peut pas toujours évaluer parfaitement la motivation d'une personne. Mais cela arrive lors d'embauches et candidatures classiques. Plus nous avons d'expérience, plus nous pouvons écouter notre instinct.”

Partenariats et collaborations

Une branche importante pour offrir une embauche réaliste est celle des collaborations que la SCRL noue avec d'autres entreprises et instances. “Nous avons conclu des partenariats avec Willemen, Renotec et le CTSC”, déclare Lauwers. “Nous travaillons régulièrement en sous-traitance pour d'autres entreprises générales et sur nos propres chantiers, nous faisons aussi appel à des partenaires réguliers. Ainsi, ils travaillent leur Responsabilité Sociétale des Entreprises et notre personnel est familiarisé avec la manière dont les choses se passent dans d'autres entreprises.”

Les préjugés disparaissent

Le fait que Levanto puisse compter parmi ses partenaires de gros acteurs comme Willemen, constitue un pas important dans la bonne direction.

“Autrefois, on nous considérait comme de la concurrence déloyale. Aujourd'hui, de plus en plus d'entreprises sont ouvertes à une colla­boration constructive. Cela signifie qu'elles ont confiance dans le travail que nous effectuons, et que les entreprises sociales peuvent aussi représenter une valeur ajoutée pour le circuit classique. L'idée selon laquelle l'économie sociale ne fournit que du travail bon marché, mais inférieur, est en train de disparaître.”

CROISSANCE

Si Levanto veut continuer à remplir sa mission sociale, il a besoin de plus de partenaires. “Le but est de pouvoir aider de plus en plus de gens chaque année”, déclare Lauwers. “Nous sommes donc toujours à la recherche de nouveaux partenaires, missions et possibilités de transition.”

A cet effet, l'entreprise mise beaucoup sur la prospection. “Même si nous avons plus de vingt ans d'expérience technique, la SCRL existe depuis à peine trois ans. Il est donc normal que nous ne soyons pas très connus. C'est pourquoi je vais régulièrement rendre visite à des architectes, je leur explique qui nous sommes et ce que nous avons à offrir. A côté de ça, nous avons récemment établi des fiches de vente avec notre département marketing. Elles reprennent toutes nos données et expertises ainsi que des témoignages de nos partenaires actuels.

La gigantesque augmentation des offres que nous devons rédiger pour le moment, prouve que notre tactique fonctionne, même si nous savons bien sûr qu'au final, ce sont le prix et la qualité qui priment. Mais à ce niveau-là aussi, nous nous défendons.”